Différence entre turbo en échange et échange réparation

La majorité des véhicules sont aujourd’hui équipés de turbocompresseurs. Sur le plan du fonctionnement, ce dispositif mécanique, qui joue un rôle essentiel pour le moteur, est relativement complexe. Il comprend principalement un ensemble de deux turbines, connectées par l’axe central du turbo. Il n’est pas rare de détecter une panne sur le turbo et de devoir le réparer. Cependant, une confusion entre un échange standard et un échange réparation peut conditionner les performances de votre véhicule. 

Mise en garde : l’échange standard est différent de l’échange réparation 

Réparation turbo

Comme mentionné ci-dessus, le turbocompresseur est en principe composé de deux turbines. Elles sont toutes deux reliées par l’axe central du turbo. Une des turbines permet au flux de gaz d’échappement d’entraîner simultanément la deuxième turbine, qui alimente le moteur en air frais. On appelle l’ensemble de ces deux turbines et de l’arbre CHRA.

La carrosserie du turbo est formée de deux pièces appelées communément « carters ». La première est en aluminium : il s’agit de la partie « admission » du turbo. Celle-ci permet de comprimer l’air et d’apporter plus d’oxygène au moteur par la compression de l’air, qui s’écoulera dans la chambre de combustion. La deuxième partie du turbo est en fonte. Elle concerne la partie « échappement ». Les gaz d’échappement seront utilisés par la turbine de ce côté du turbo. 

Les moteurs turbocompressés se distinguent des moteurs non turbocompressés par le fait que les moteurs turbocompressés sont suralimentés. La suralimentation permet au moteur d’obtenir des performances supérieures ou équivalentes, en matière de couple et de puissance, à celles d’un moteur plus gros, mais non équipé d’un turbo. On appelle ce type de moteur un « moteur à aspiration naturelle ». Le fait d’intégrer un turbocompresseur permet de réduire considérablement la masse du moteur tout en augmentant sa puissance. 

Il n’est pas rare que les turbos soient comparés en « échange standard » et en « échange réparation ». En ce qui concerne ce dernier, vous devez rester vigilant. Le principe de l’échange standard est de mettre à disposition du client un turbo entièrement remanufacturé ou reconditionné à neuf. 

Ce reconditionnement consiste à ne conserver que les 2 carters (fonte et aluminium) et à les sabler. Ensuite, sur la base de ces deux pièces, l’ensemble du turbo est reconstruit avec des pièces neuves. On procède à un équilibrage du turbo pour s’assurer de son bon fonctionnement. 

Le turbo en échange standard est-il fiable ? 

En échange standard, le turbo surprend par sa fiabilité, mais également par son coût. Le rapport de prix qui existe entre un turbo en échange standard et un turbo neuf peut varier de 30 à 60 % selon les références pour une qualité quasi équivalente. La réduction du coût est principalement due au fait que ce sont les deux plus grosses pièces du turbo qui sont conservées. Cela permet de réduire considérablement la quantité de matière utilisée et s’inscrit dans le cadre du développement durable et de la préservation des ressources naturelles.

Changer un turbo est une intervention dont le coût est relativement élevé et complexe. Pour éviter tout risque de désagrément, vérifiez que votre turbo est de bonne qualité et que votre garagiste est compétent. En ce qui concerne l’aspect environnemental, la remise en état d’un turbo d’échange standard nécessite beaucoup moins d’énergie et de matériaux qu’un turbo neuf. L’échange standard de turbo est un très bon compromis qui vous permettra de faire des économies tout en préservant l’environnement. 

Qu’en est-il de l’échange réparation ? 

La formule de l’échange-réparation ou du turbo à très bas prix entraîne certains types de litiges. Un principe d’échange-réparation est de procéder à un nettoyage rapide du turbo cassé et à ne remplacer que les pièces qui présentent un défaut. La plupart du temps, dans ce type de cas, les pièces qui auraient dû être remplacées ne le sont pas. Le turbo ne retrouve que très rarement un bon fonctionnement. De même, sa remise en équilibre est très rare. 

Voici quelques plaintes récoltées pour cette formule : 

  • De nombreuses pièces non conformes comme le chra ou le wastegate. Elles peuvent être acquises à des prix très bas et même parfois sans preuve de leur origine ou de leur conformité.
  • Des pièces de reprise et d’échappement simplement repeintes dans le but de cacher les imperfections du turbo.
  • L’équilibrage non existant ou déficient : mise en jeu de la turbine du turbo (celle-ci est très mobile alors qu’elle ne devrait pas l’être).